Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Les bienfaits de l’hypnose

« Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement » – Boudha

Addictions (arrêt de tabac, dépendance à l’alcool et toute autre substance)

Schématiquement, les addictions génèrent deux types de dépendances. L’une correspond à un besoin physique. Dans le cas de la cigarette par exemple, il s’agit de la nicotine et des autres composants chimiques de la cigarette dont le corps finit par avoir du mal à se passer. L’autre type de dépendance correspond à un besoin psychologique, qui est tout aussi fort que le premier. Ce dernier type est sans doute lié aux automatismes, à l’habitude, au rituel qui entourent l’addiction en tant que t’elle, et dont il est difficile de rompre le cercle vicieux.

Tous les automatismes que nous développons sont loin d’être néfastes, bien au contraire. Ainsi, Lire, écrire, marcher, manger sont des actions que nous effectuons sans nous poser de questions, d’une façon automatique. Ces automatismes sont profondément intégrés à notre inconscient. Il en est de même pour des habitudes beaucoup plus néfastes telles que le tabac. A partir d’un moment, le geste de sortir une cigarette de son paquet, celui de la porter à sa bouche, de l’allumer et d’inhaler la fumée deviennent des automatismes dont nous n’avons plus du tout conscience. A ces automatismes s’ajoute le plaisir physique que l’on peut tirer de ces dépendances. Toutefois, le plaisir qui découle de ces addictions finit par être contrebalancé par toutes les inquiétudes, soucis de santé et autres problèmes qui leurs sont liés. S’engage alors une lutte entre l’inconscient et le plaisir supposé que l’on attache à ces addictions et le conscient qui peut, logiquement, penser que de telles addictions sont problématiques et doivent disparaître.

Il serait en vain d’essayer de trouver les sources de ces addictions car elles sont souvent anodines : faire comme les copains ou chercher un certain réconfort. Le Travail en hypnose va consister non pas à utiliser ce « «débat » entre le conscient et l’inconscient, entre « Je veux arrêter » et « Je veux continuer », mais plutôt à changer les schémas inconscients qui font que l’addiction est un enchaînement « logique » soi-disant impossible à changer.

Les peurs, les phobies, les angoisses et les crises de panique

La peur est une émotion naturelle qui nous prévient lorsque nous sommes face à un danger. Elle a donc un rôle essentiel car elle nous protège. Mais il arrive parfois que la peur devienne démesurée, exagérée, lorsqu’elle apparaît sans raison apparente ou qu’elle devient paralysante. On parle alors d’ « angoisse » et parfois même de « phobie ». Il est parfois très difficile de savoir d’où vient la peur. Elle peut être liée à une expérience traumatisante dans notre enfance, à l’éducation ou à des peurs ancestrales qui reviennent à la surface pour une raison inconnue. Le problème, c’est que notre inconscient, qui est là pour nous protéger, va mettre en place des stratégies pour répondre à la peur. Ces stratégies sont diverses mais elles peuvent se résumer à trois réactions, l’attaque, la fuite, et le figement. Ce sont trois mécanismes de survie que tout animal a face aux dangers qui le menacent. Nous autres, les humains, n’échappons pas à ces trois mécanismes qu’utilise notre inconscient pour nous protéger. C’est ce qui explique certaines de nos réactions face aux peurs phobiques. Votre corps se prépare à la fuite lorsque, confronté à certaines situations de peurs, vous vous mettez à transpirer ou que votre cœur s’emballe. Le corps met en place ces mécanismes de défense physiologique pour vous permettre de fuir ou d’attaquer. Ces mécanismes vont parfois être excessifs et répondre d’une façon non adaptée à des peurs qui ne sont pas obligatoirement réelles. L’hypnose va agir selon deux axes différents pour faire disparaître les effets de ces peurs. Le premier consiste à expliquer à l’inconscient que ces peurs, qui ont pu être justifiées à certains moments de notre vie, n’ont plus de raison d’être. Le second axe consiste à modifier, ou plutôt à assouplir, les stratégies mises en place par l’inconscient pour réagir à ces dangers réels ou imaginaires.

Les problèmes Alimentaires

Alors qu’il y a deux siècles à peine il était de bon aloi pour les femmes d’avoir des formes rondes, la mode est actuellement favorable aux personnes élancées et minces. C’est pourquoi nombreuses sont les femmes qui se trouvent aujourd’hui trop grosses, même s’il est parfois difficile de leur dire par rapport à quoi, ou par rapport à qui. Mis à part le fait qu’un trop grand surpoids peut être nuisible à la santé, il convient de remettre les pendules à l’heure : être trop gros n’a pas de sens tant que l’on ne se sent pas mal dans son corps. Nous allons voir comment changer certaines habitudes alimentaires. Notre rapport à la nourriture est très complexe. Dès notre plus tendre enfance, la nourriture est synonyme d’affection, d’amour, de sécurité. Quand le bébé a faim, il pleure, ce qui a pour effet d’attirer sa mére, qui va lui « démontrer » son amour en lui donnant à manger. Il se sentira bien, en sécurité, aimé. Devenu adulte, ce bébé gardera imprimée plus ou moins profondément dans son inconscient cette association entre le bien-être, la sécurité, l’amour et la nourriture. On peut ainsi imaginer que, dans un moment où des émotions très fortes traversent ce bébé devenu adulte, où il se sent déstabilisé, il trouve une compensation dans la nourriture, un réconfort dont l’automatisme remonte à sa plus tendre enfance, voire à la nuit des temps. Le rôle de l’hypnose va être de changer ce schéma profondément inscrit dans l’inconscient et de montrer à cet inconscient qu’il peut trouver réconfort et sécurité à l’intérieur de lui-même, en puisant dans ses forces vives, sans pour autant se précipiter sur la nourriture. Très souvent en cabinet nous retrouvons deux types d’habitudes alimentaires dont de nombreux patients aimeraient se débarrasser. La première est cette impression de n’être jamais rassasié, d’avoir toujours besoin de manger ou de ne pas savoir s’arrêter lorsque, de toute évidence, on n’a plus faim. La seconde est liée au grignotage intempestif qui remplit un vide et provoque souvent un gain de poids. L’hypnose va agir très efficacement dans ce type de comportements pour aborder les premiers leviers de changements et permettre retrouver un équilibre alimentaire.

Vie à deux (problèmes liés à la sexualité, peur de l’engagement, faire le deuil d’une relation)

A priori, il peut sembler étrange qu’Aphrodite, la déesse grecque de l’amour, et Hypnos, le dieu du sommeil, se rencontrent et que l’hypnose, qui est avant tout un travail sur soi-même, puisse être utile dans les cas de relations amoureuses difficiles, alors que, bien souvent, le problème semble « venir de l’autre ». Même si les romans, les films et la télévision laissent entendre que l’hypnose permet de manipuler votre interlocuteur, vous ne parviendrez jamais à vous faire aimer de l’autre si il ou elle n’a pas envie de le faire. Par contre, l’hypnose peut vous permettre de changer votre attitude face aux événements dont vous vous sentez être la « victime », où plutôt le sujet principal, et donc de changer le cours desdits événements. Ainsi, si pour une raison ou pour une autre, une personne a, inconsciemment, peur de s’engager dans une relation durable, l’hypnose va faire diminuer sa peur et va permettre de ne pas repousser toutes les avances. L’hypnose peut aussi vous permettre de vaincre certaines difficultés auxquelles vous pouvez être sujet dans le domaine de la sexualité. Elle va en particulier vous aider à vaincre certaines peurs qui génèrent des réactions indésirables telles que les « pannes » ou les éjaculations précoces pour les hommes, l’absence de plaisir ou le manque de désir pour les femmes. L’hypnose donne également des pistes pour aborder différemment les problématiques liées à la vie en couple et, si, par malheur, une rupture devait avoir lieu, elle vous aiderait à faire le deuil d’une relation, souvent devenue caduque sans même que vous ne vous en soyez rendu compte.

Stress, burn-out et dépression

D’après l’OMS, d’ici à 2020, les dépressions majeures deviendront la deuxième cause d’invalidité après les maladies cardio-vasculaires. Au cours de sa vie professionnelle, un travailleur sur deux s’absentera pour une à deux semaines de son poste de travail en raison d’une maladie mentale. Parfois même, il ne retournera jamais au travail.
Nous sommes tous stressés et cela depuis la nuit des temps. Le stress est cette tension que l’on ressent plus ou moins fortement lorsque l’environnement nous oblige à réagir face à une menace, aussi faible soit-elle. Dans ces moments-là, notre corps déclenche toute une série d’hormones qui vont mettre en œuvre toutes les ressources nécessaires pour répondre aux défis qui nous sont posés par cet environnement. En lui-même, le stress, lorsqu’il s’agit de répondre à une de ces demandes, est plutôt bénéfique.
Là où les choses se compliquent, c’est lorsque le stress devient permanent. Le corps est alors soumis à une demande constante qui s’accompagne d’un afflux d’hormones qui ne devraient intervenir normalement que d’une façon ponctuelle. Ces hormones vont avoir un effet non seulement sur le cerveau mais aussi sur le corps. C’est ainsi que dans un souci de protéger, elles accélèrent le rythme du cœur afin de faciliter l’afflux de sang vers les muscles permettant de répondre à un danger potentiel. Ces muscles eux-mêmes vont se tendre afin de se préparer à une lutte ou à une fuite possible. Lorsque tout ceci se passe d’une façon ponctuelle, la tension diminue au bout d’un certain et tout redevient normal. Par contre, lorsque le stress devient permanent, cette tension devient elle aussi permanente, provoquant peu à peu un épuisement physique et psychique de l’organisme. Ce stress permanent va générer un certain nombre de pathologies spécifiques à chacun d’entre nous.
Du Stress permanent au burn-out, il n’y a qu’un pas. Dans certains cas, le stress permanent va générer un épuisement physique et nerveux qui, à un certain moment, risque de déboucher sur un burn-out. Le burn-out est plus spécifiquement limité à la sphère du travail. Lorsque, dans le cadre, le corps et l’esprit sont épuisés par des contraintes permanentes, ils finissent par sombrer dans un état de fatigue tel qu’ils sont incapables de s’adapter aux demandes qui leur sont faites.
Le stress, s’il n’en est pas la cause unique, est aussi un facteur important dans le développement des dépressions. Même si actuellement la dépression est une maladie très largement répandue, elle est loin d’être nouvelle. Dès la plus haute Antiquité, on en retrouve la trace sous le nom de mélancolie. Au fil des siècles, elle va changer de nom pour être assimilée à la folie ou à la neurasthénie. On sait maintenant que cette maladie n’est pas uniquement de nature psychologique mais qu’elle a ses sources au plus profond de notre cerveau. Elle se localise dans les endroits qui régulent les émotions, tel l’hippocampe.
La dépression est une maladie douloureuse, aussi bien physiquement que psychologiquement. Même si les traitements médicamenteux sont loin d’être aussi efficaces qu’on l’aimerait, dans bien des cas, ils procurent au patient un soulagement qui lui permet de sortir de ce cercle infernal que déclenche la dépression.
L’hypnose soulage énormément les personnes souffrant de stress permanent, de burn-out et de dépression en « travaillant » aux sources de ces pathologies, c’est-à-dire au niveau de l’inconscient.

Les troubles du sommeil

L’équation est simple mieux nous dormons, mieux nous vivons ! Selon une étude menée par l’INSV, un tiers des français déclarent souffrir de troubles du sommeil. Ainsi, plus de 70% affirment se réveiller au moins une fois par nuit et 25% avouent qu’ils somnolent pendant la journée. Pour compenser leur manque de sommeil, 1 Français sur 5 fait au moins une sieste hebdomadaire. Les problèmes de sommeil son très présents dans notre société. Résultat un tiers des français se réveillent fatigués ! L’évolution des cycles de sommeil selon les âges et de la structuration du sommeil joue un rôle clé dans l’évolution de l’être humain. Pendant l’enfance, le sommeil est lié au processus de croissance et d’apprentissage. Puis il connaît une longue période de stabilisation à l’âge adulte. Enfin sa structure se modifie avec le grand âge et explique en grande partie les difficultés liées au vieillissement. De même que leurs causes sont variées, les problèmes de sommeil peuvent prendre différentes formes. L’efficacité de l’hypnose pour retrouver le sommeil est reconnue. L’hypnose peut efficacement accompagner les personnes qui souffrent d’insomnie ou de troubles du sommeil. Notamment si vos soucis d’endormissement résultent d’un stress. Dans ce cas Le principe de l’hypnose repose sur la reprogrammation des cycles du sommeil et sur l’augmentation de la capacité à l’isolement sensoriel. Le praticien guide la personne vers un état de conscience modifié. Cela ressemble fortement à la sensation éprouvée lorsque vous êtes endormi, mais toujours conscient du monde qui vous entoure. Grâce à cet état de semi-conscience, le praticien vous propose plus facilement à accéder à votre imaginaire pour travailler sur les causes de vos insomnies. Il va alors vous permettre de « reprogrammer » votre rythme circadien, mais aussi vous aider à surmonter les angoisses, stress, ou autres problèmes liés à votre manque de sommeil. L’hypnose offre une alternative simple et efficace pour venir à bout des insomnies.

Le manque de confiance en soi et la mauvaise image de soi-même

« Je manque de confiance en moi » « Je me sens nul » « Quand je suis face à quelqu’un, je perds tous mes moyens » « Je me sens tellement moche que je ne vois pas comment les autres pourraient me trouver bien » : quand on manque de confiance en soi, on doute sans cesse. Avant même d’essayer, on se dit qu’on ne peut pas y arriver, qu’on est trop nul. On est comme paralysé par des peurs, par des pensées négatives qui nous font vite perdre tous nos moyens. Et on finit par se décourager, par laisser tomber avant même de commencer. Résultat : on passe à côté de tas de moments heureux tout simplement parce qu’on n’a pas osé. Et, bien souvent, on le regrette après. La notion de confiance en soi est quelque chose de personnel et de relatif. Il est très difficile d’en rechercher les causes, car elles sont souvent nombreuses et insaisissables (un peu à la façon d’une savonnette humide !). A Plusieurs reprises, on peut avoir l’impression de découvrir un élément de son enfance, qui a pu susciter cette absence de confiance en soi, mais cela n’est pas suffisant pour amener le changement. Le travail en hypnose va permettre tout d’abord l’acceptation : « Je suis comme je suis et… je m’aime tel que je suis. » Il ne sert à rien d’essayer de convaincre quelqu’un qui trouve qu’il a des kilos en trop que ce n’est pas la réalité (ce qui est bien souvent le cas). S’accepter tel que l’on est permet de changer. La période du changement vient seulement après. Il ne s’agit pas de changer sa personne, mais plutôt la vision que l’on a de soi-même. D’après certaines hypothèses, ce n’est que comme cela que l’on peut évoluer. Et la confiance en soi dans tout cela ? Elle s’installe peu à peu, au fur et à mesure que le patient commence à s’accepter tel qu’il est et, autant que faire se peut, à s’aimer tel qu’il est. Dans la plupart des cas, la notion de confiance en soi est un débat entre la personne et elle-même. L’extérieur, même s’il a pu avoir un certain rôle, à un certain moment, n’est que peu ou pas impliquer : la personne qui n’a pas confiance en soi voit dans le regard des autres ce jugement qu’en général ils n’ont même pas idée de porter. C’est là que se trouve toute la difficulté. Si ce jugement venait de l’extérieur, il serait toujours possible de se révolter contre une telle agression, mais dans la mesure où il vient de l’intérieur, de soi-même, les choses sont beaucoup plus difficiles à faire évoluer. C’est pourquoi tout notre travail va consister à résoudre ce dilemme interne.

Les deuils

La perte d’un être cher génère un chagrin qui peut être sans commune mesure. La personne en deuil est submergée par la douleur et de nombreux regrets l’assaillent. Elle a l’impression tout à coup que sa vie est terminée, que plus jamais elle ne pourra être heureuse. Les mots de consolation de ceux qui l’entourent glissent sur elle sans trouver prise. Ils ne peuvent pas savoir ce qu’elle endure ! Faire son deuil après le décès d’une personne chère passe par un certain nombre d’étapes qu’il est important de respecter. Dans un premier temps, il y a le déni : on ne veut pas croire que l’être cher est disparu. Puis arrive la colère qui se manifeste lorsque la réalité de la perte est présente. Vient ensuite une période de dépression ou de très grande tristesse, et enfin l’acceptation de la disparition. D’une personne à une autre, ces différentes étapes vont varier dans leur intensité et dans le temps. Il n’y a pas de règle générale. Dans le domaine des relations humaines, notamment amoureuses, il existe des deuils sans décès. Ainsi, lorsqu’une relation amoureuse se termine, les étapes du deuil vont être pratiquement les mêmes et varier elles aussi dans leur intensité et dans le temps nécessaire pour accepter le départ de l’être aimé. L’hypnose ne supprimera pas ces étapes mais elle pourra vous aider à les franchir d’une façon peut-être moins douloureuse et plus rapide. Elle vous permettra de réunir toutes les forces présentes dans votre être pour traverser cette période difficile.

N'attendez plus, osez l'hypnose !

06 18 72 11 16

contact@ludovic-diafat.fr

7 rue des piboules, 13770 Venelles